Posts Tagged ‘Van

22
Sep
08

De Van à Bitlis

À une centaine de kilomètres de distance, par la route, il a fallu pas moins de trois heures en dolmuş pour aller de Van à Bitlis. Mais le paysage sur le lac et les montagnes et volcans est magnifique.

Le vent soulève la poussière des sols desséchés.

Le lac de Van

Le lac de Van

Lire la suite ‘De Van à Bitlis’

Publicités
21
Sep
08

Van

La ville est récente, car détruite plusieurs fois par les guerres et les tremblements de terre.

Je n’ai pas aimé Van. Début de rhume, hôtel sale, temps étouffant, et puis surtout cette odeur de diesel omniprésente, suffocante.

Van, c’est une espèce d’Ankara mais à majorité kurde, et je n’ai pas « accroché » en dépit de l’accueil toujours gentil des gens.

La mosquée de Van

La nouvelle mosquée de Van

Lire la suite ‘Van’

21
Sep
08

Van kalesi ou Tushpa

La forteresse :

On ne peut pas dire que la forteresse de Van soit à proprement parler « belle », mais la présence d’un ensemble de monuments si ancien (château urartien) suscite forcément l’intérêt.

L’ensemble de la « Van kalesi » (qui comprend plusieurs époques, dont une forteresse vieille de 3000 ans) est situé à l’ouest de la ville, sur un piton qui domine le lac. Par beau temps, la vue est belle.

En revanche, il faut dire que l’accès est sportif, voire dangereux, et nullement balisé. Je déconseillerais ce lieu aux familles avec de jeunes enfants, ainsi qu’aux personnes âgées. Les sentiers grimpent rudement, et on se retrouve au bord de falaises sans avoir pu l’anticiper.

Pratique :

Pour se rendre à la citadelle, prendre un taxi collectif en ville, direction « Kadde », descendre au parc Atatürk, puis longer le grillage sur environ 500 mètres. L’entrée coûte 3 YTL. La visite prend au moins deux heures.

La forteresse

Lacitadelle

Lire la suite ‘Van kalesi ou Tushpa’

21
Sep
08

De Doğubayazıt à Van

Dimanche matin, j’ai décidé de quitter cette bonne ville de Dogubeyazit pour poursuivre mon périple Direction : Van.

Contrairement à mon habitude, j’avais négligé de repérer le lieu de départ du dolmus, et j’ai donc dû, sac au dos, passer d’un mini-car à l’autre en quête de la bonne direction (les dolmus affichent à l’avant un petit écriteau renseignant leurs destinations). Comme je ne trouvais pas, je me résolus à demander à un chauffeur. Ce dernier m’indiqua l’endroit que je recherchais d’un signe de la main, puis me pris par l’épaule : « Ne va pas à Van. Viens avec moi. Viens avec moi à Bazargan. »

Pour irréaliste que fût la proposition (je n’ai pas de visa iranien), je ne l’en trouvais pas moins terriblement romantique. Mais non pas cette fois, une autre fois peut-être…aller avec lui à Bazargan, comme en quête du Marin de Gibraltar..

Je suis donc bien parti pour Van, à 9 heures. Nous sommes arrivés environ deux heures trente plus tard.

La route passe autour du volcan Tendurek, et j’ai été abasourdi par l’énorme coulée de lave visible depuis la route. C’est tout à fait spectaculaire, et la forme préservée de la coulée donne la mesure de l’événement qui s’est produit là autrefois. Je n’ai malheureusement pas pu prendre de photos vue la place que j’occupais dans le mini-car.

Nous avons été également arrêtés par un barrage de la gendarmerie. Contrôle des papiers de tous les passagers, fouille des bagages, interrogatoire de votre serviteur. Qu’est-ce que je fais ici, me demande-t-on : « just wandering » ai-je répondu. Tout s’est terminé par un apaisant « Welcome in Turkye ».

Mon voisin, qui me pilotera après dans Van pour trouver un hôtel, finira par me dire, en même temps qu’au revoir : « We, kurdish people, you understand… » Oui, je crois que je comprends. J’espère comprendre.




Articles les plus consultés

septembre 2018
L M M J V S D
« Jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Publicités